Différentes saisons

 

Différentes saisons dans Émoi diffar10
Jardin botanique de Coimbra-Portugal

 
 

Les arbres ondoyants
agitent leur vaste verdure
au gré du grand vent
Se déplument de flocons blancs
par centaine
Flânent légers
dans l’air pur du printemps
S’emmêlent
dans mes cheveux
Dansent
au souffle de ma bouche
Se posent en neige soyeuse
sur les pelouses
et le bord sale des trottoirs

En cette saison
Il pleut du coton
Toi, tu t’en vas

Au jardin chimérique
les gargouilles étranges
exhibent un rictus sinistrement
botanique
Parodie de notre errance
C’est dans la mélancolie
que les magnolias cachés
se défont tristement
de leurs corolles élégantes
Intimident l’ingrate beauté
des fleurs de trèfle
tout juste écloses
Pétales précieux flétrissent en silence
notre chagrin immense

En cette saison
Les magnolias se déflorent
Toi, tu t’en vas

L’irrévérence des capes noires
déborde de chaque ruelle
en éclats de rires
De sérénades sobres
en soirées dansantes
bruyantes
vont les nuits blanches
de leur verte inconséquence
Mais dans chaque cœur un sanglot
quand à minuit tapante
le chant ancestral
ouvre le bal
depuis les marches usées
de la vieille cathédrale

En cette saison
Les capes noires chantent
Toi, tu t’en vas

T’as mal au ventre
J’ai le vide à l’âme
Je soupire la nausée qui te tord les entrailles
Tu chancelles pâle au bord de mon abîme
Nous, rêve audacieux d’une île turquoise
À défier le temps compté au kilomètre
Partons

Le feu du soleil embaume
la senteur lourde du tilleul
Tu sais
Sur le bleu du ciel
si dense
qu’il sature mes pupilles
je laisse aller l’ébauche d’un poème
La brise emporte lestement
quelques bribes de nos mots puérils
Vers le village
En terres perdues

Je n’ai pas mieux à te dire
Tu sais
Sinon qu’ici tout attend
notre réveil.

 
 

¤¤¤

 

Publié dans : Émoi |le 14 décembre, 2012 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez répondre, ou faire un trackback depuis votre site.

Laisser un commentaire

Impétuosité et Tremblements |
TIGRESSE BLEUE |
apprendre le français |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Parcilha
| le sang coule du métier à t...
| La Tropicale.fr