L’ennemi invisible

 

L'ennemi invisible dans L'écrit de l'ombre dream_10
 bysuetlilanglz ©

 
 

Il aurait fallu
que le ciel reste vert
dessus mes pensées fragiles

Je courais dans le désert
pieds nus dans l’herbe azur
et la rosée m’éclaboussait

Il aurait mieux valu freiner mon cœur
et mes larmes d’eau douce

Il aurait fallu
ne pas griffer la conscience malléable
de mes poings serrés 

L’amitié ne vaut que par l’avarice
qui la défeuille et la froisse
piétine 

Il aurait mieux valu cultiver la frivolité
et nager dans le désert

Je reviens de mes rêves
mon amour
Je n’ai pas de cicatrice 

Mon pas lourd écrase
les flaques sur le trottoir
et le nuage noir
est revenu, fidèle
dessus mes pensées embrumées 

J’ai giflé la mort
mon amour
mais qui pourrait aimer toujours
le mal intérieur qui me pollue
d’ombres insaisissables

Alors qu’il y a longtemps je savais encore courir

 
 

¤¤¤

 

Publié dans : L'écrit de l'ombre |le 14 décembre, 2012 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez répondre, ou faire un trackback depuis votre site.

Laisser un commentaire

Impétuosité et Tremblements |
TIGRESSE BLEUE |
apprendre le français |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Parcilha
| le sang coule du métier à t...
| La Tropicale.fr