Les vers superflus

 

Les vers superflus dans Émoi sans_t13

 

J’ai crainte de te frôler
De mes rimes incertaines
Chantant la même rengaine
Soigneusement ciselée

Quand les mots sont impuissants
À saisir l’élan vital
D’un amour subliminal
Le verbe est presque indécent

J’ai crainte de te toucher
De paroles inutiles
Qui blesseraient ton profil
À trop vouloir l’ébaucher

Comment embellir encore
La force des sentiments
Liant viscéralement
Ta vie précieuse à mon corps

J’ai crainte de déprécier
L’éclat inoui de ton âme
Et la force de la flamme
En ton coeur ensoleillé

Si aujourd’hui je le tais
Ton amour qui me grandit
C’est qu’il n’est de prosodie
Dont l’art soit aussi parfait

 
 

¤¤¤

 
 

Publié dans : Émoi |le 14 décembre, 2012 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez répondre, ou faire un trackback depuis votre site.

Laisser un commentaire

Impétuosité et Tremblements |
TIGRESSE BLEUE |
apprendre le français |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Parcilha
| le sang coule du métier à t...
| La Tropicale.fr