Une nuit d’été portugais

 

Une nuit d'été portugais dans Émoi por_do10

 
 

Viendras-tu si je t’emmène
Sauras-tu pour moi démanteler tes chaînes
Entreras-tu dans ma danse
Je t’affranchirai du poids de ton errance

Au-delà de l’ignorance
Il nous faudra bien clamer nos différences
Je serai là si tu me veux
Les mensonges du monde m’importent si peu

Viens… que je t’apprenne mon refuge secret
Il est à l’ombre des murmures indiscrets

Je te cacherai mes drames
Pour mieux apaiser l’ivresse de ton âme
J’encenserai tes silences
Tu pardonneras mes indociles absences

J’effacerai ta défiance
Je serai ta singulière délivrance
Nous nous comprendrons pas à pas
Sur la route exiguë de notre anonymat

Viens-t’en respirer les fragrances de ma voix
Je saurai chercher l’amour qui te guérira

Je voudrai être sereine
Afin de pouvoir m’étendre sur ta peine
Et pour panser ton coeur meurtri
Je boirai même tes larmes endolories

J’offenserai les interdits
Pour mieux assouvir la complainte de tes envies
Et quand tu seras fatigué
En mon sein amène tu pourras reposer

Attentive aux frissons de nos peaux embuées
Je t’enivrerai de caprices surannés

Je m’inventerai poète
Te réciterai des rimes inquiètes
Ou je me tairai si tu veux
Enfin, je t’aimerai du mieux que je le peux

Les heures sont chaudes et lourdes de senteurs
L’amour s’y fait embrumé de torpeur
J’y ferai se noyer d’improbables regrets
Viens… dans mes nuits magiques d’été portugais

 

 

¤¤¤

 

 

Publié dans : Émoi |le 14 décembre, 2012 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez répondre, ou faire un trackback depuis votre site.

Laisser un commentaire

Impétuosité et Tremblements |
TIGRESSE BLEUE |
apprendre le français |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Parcilha
| le sang coule du métier à t...
| La Tropicale.fr