Lettre

 

 Lettre dans Émoi lettre10

 
 
Mon amour,

Je prends l’autobus des oies jacassantes
Jour après jour vers les sept heures trente
À l’arrêt vingt-neuf d’une rue bruyante
Je l’attends auprès de toi, mon amour

Puis je me retire du monde autour
Le bruit les odeurs j’en fais abstraction
Dans ma tête j’écris des vers brouillons
Dont nul ne lit les pâles confessions

J’apaise les souffrances d’autres âmes
Il m’arrive d’essuyer quelques larmes
Souvent lasse du poids de trop de drames
Je repose mon front à ton épaule

Et sens l’ombre de ta main qui me frôle
Je débride et panse les plaies putrides
Des chairs mutilées aux relents fétides
Le cœur écorché mais les yeux limpides

Je sème des sourires convaincus 
Qui ne touchent plus mon regard vaincu
Pour tant de sang, j’ai bien assez vécu
Comme elle me tarde alors l’heure de toi

Je me purifie au son de ta voix 
Ma main meurtrie et fatiguée enfouie
Entre la douceur de tes doigts épris
À ta paume chaude qui en frémit

Je reprends ainsi le bus du retour
Je somnole un peu le long du parcours
Qui me conduit à notre nid d’amour
Puis la pénombre vient troubler mes heures

Quand le fardeau de l’absence demeure
Seul maître d’une solitude vaine
Et fige l’encre qui coule en mes veines
Entends-tu alors le chant de ma peine

Stigmatiser les murs blancs de mes nuits
Au rythme étourdissant de l’insomnie
Mon amour, je garde en suspens ma vie
Je redormirai quand tu seras là. 
 
 

¤¤¤

 
 

Publié dans : Émoi |le 9 mars, 2013 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez répondre, ou faire un trackback depuis votre site.

Laisser un commentaire

Impétuosité et Tremblements |
TIGRESSE BLEUE |
apprendre le français |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Parcilha
| le sang coule du métier à t...
| La Tropicale.fr