Le poème toujours recommencé

 

Le poème toujours recommencé dans Émoi le_poy11
Maria Amaral ©

 
 

Il suffit au fond
De laisser couler son sang
Souiller la feuille nue
De larmes et d’émotions

Égrener le temps
Recueillir des souvenirs
Ou s’inventer des vies
Que l’on pleure en rêvant

Dire ce qui fut
Rouvrir d’anciennes blessures
Et gémir sans pudeur
Mettre son être à nu

La ronde des mots
À ma source se tarit
Et s’éteint le murmure
De mes rimes sans peur

À d’autres plus beaux
Mon coeur inassouvi
S’est rendu sans mesure
Mes vers reposent ailleurs

 
 

¤¤¤

Publié dans : Émoi |le 11 mars, 2013 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez répondre, ou faire un trackback depuis votre site.

Laisser un commentaire

Impétuosité et Tremblements |
TIGRESSE BLEUE |
apprendre le français |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Parcilha
| le sang coule du métier à t...
| La Tropicale.fr