Ton sommeil d’enfant

 

Ton sommeil d'enfant dans Esquisses Immatures ton_so10

 
 
J’aime lorsque tu t’étires en filigrane
Alors que dessous tes paupières diaphanes
Moi je devine les songes coloriés
Du bout de tes crayons rongés d’écolier

Tu prends tes aises tel félin gracile
Mais sous les grands airs de tes poses subtiles
Ta bouche évoque par ce pli incurvé
La moue rosée de ta langueur de nouveau-né

Comme elles dansent de sauts en pirouettes 
Tes mains légères qui jouent des castagnettes
Lorsque tes longs doigts de pianiste habile
Dessinent dans l’air des esquisses fragiles

De ta gorge un écho sourd et ronronne
Paroles et rires s’enlacent et fusionnent
À la croisée de tes pensées désordonnées
Pour finir au bord de tes lèvres agitées

En cet instant mon cœur cesse son battement
Pour mieux écouter rire ton sommeil d’enfant
Fière et attentive au bruissement de tes cils
Je guette dans tes nuits cet abandon docile

Il m’est si familier ton repos, mon chéri
J’en connais chaque soupir chaque rêverie
À la tiédeur de ta peau doucement salée
Je dépose tendrement mille baisers discrets.
 
 

¤¤¤

Publié dans : Esquisses Immatures |le 17 mars, 2013 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez répondre, ou faire un trackback depuis votre site.

Laisser un commentaire

Impétuosité et Tremblements |
TIGRESSE BLEUE |
apprendre le français |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Parcilha
| le sang coule du métier à t...
| La Tropicale.fr