Course négligeable

 

course négligeable2

 
 

Alors je courais
Je courais le ventre creux de ses mystères
Promesses écervelées
À la brise d’une passion locataire
Je courais éventrée sans grâce dans la poussière

Débris d’étoiles plein les yeux
La larme rude de ceux qui ont bien appris
Dépeçant mon profil
J’en avais rien à faire
Je fuyais la rumeur ses masques grimaçants
Et mon indicible tourment

Je fuyais ma propre quête et sa déraison
L’écharde dans mon cœur
Mon sang maculé de poison

Je courais
Je courais la douleur âpre
À contre-courant  les tripes à l’air
Entre les murs sombres qui sont ma maison
J’allais nulle part 

Alors je courais
Je courais le ventre à terre
La nuit pour toute frontière
Et le sentiment gémissant pour toute colère

 
 

¤¤¤

 

Publié dans : L'écrit de l'ombre |le 14 juillet, 2013 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez répondre, ou faire un trackback depuis votre site.

Laisser un commentaire

Impétuosité et Tremblements |
TIGRESSE BLEUE |
apprendre le français |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Parcilha
| le sang coule du métier à t...
| La Tropicale.fr