Chante Poète, chante encore

 

Chante Poète, chante encore dans Émoi arno-s10

 
 
J’ai dévoré tes mots troublés
Venus réveiller
La torpeur d’autres chants 

Qui de tout temps bercent mon âme ancienne
Recueillie dans sa blessure souveraine 

Tu chantes comme je respire
Tes mélodies que je ne saurais dire
Trouvent en moi un écho 

Dans le bris du sanglot au bord de ta bouche
Lorsque à l’improviste ta voix me touche 

J’aime sa douceur juteuse
Elle frissonne sur ma peau peureuse
De ses tristes amours mortes

Qui se bâfrent encore de mes nuits livides
Froissent mes draps d’une absence frigide 

Le soupir de ton alphabet chanté
Console sans y penser
Mon cerveau malade 

Endorphines en balade Raison fracturée
Dansent à ton rythme familier

J’ai bu à ta plume
Ta source de brume
Pleuré ton émoi Tes rimes

Sous la caresse intime de tes cordes
Qui bousculent mon cœur dans sa petite mort 

Et pour mieux m’étourdir
Et pour faire semblant d’en rire
Moi j’écris J’écris encore
 
 

¤¤¤

Publié dans : Émoi, Partages |le 24 décembre, 2015 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Impétuosité et Tremblements |
TIGRESSE BLEUE |
apprendre le français |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Parcilha
| le sang coule du métier à t...
| La Tropicale.fr