Stigmate – chroniques bipolaires

 

Stigmate - chroniques bipolaires dans L'écrit de l'ombre stigma11
Monika Serkowska ©

 
 
Ton regard me connaît à peine
Que déjà tu inventes mon histoire
Sans savoir ce qui pèse sur mes soirs
Et comme les monstres savent dévorer sans haine 

 
Tu juges sans complaisance
Qu’un grand chagrin ne saurait naître
Du rien Et pas plus se repaître
À l’infini d’un vide immense 

 
Tu juges
Mais tu ne sais pas
Passe au large de moi 

 
Tu avises sans comprendre vraiment
Mon pas incertain qui chancelle
Et comme la vie me coupe les ailes
Me casse Me courbe Obstinément 

 
Le mépris de ton soupir me blesse
Quand exaspéré il m’effleure
Sans voir que doucement je me meurs
Et combien je la fais discrète cette détresse 

 
Tu juges Tu jauges
Tu ne sais pas
Passe Passe

 
Tu entends sans jamais saisir
Ma fièvre qui se perd, labile
Dans la fuite de ma pensée futile
Tandis que je peine à vouloir tout écrire 

 
Oui, j’ai la douleur bavarde parfois
Comment le dire puisque jamais tu n’écoutes
Que moi-même sombre dans le doute
Quand le grand silence jette son ombre sur moi 

 
Tu juges
Va
Tu ne sais rien

 
Des démons imbéciles qui festoient
Au moindre repli de ma mémoire
Jamais tu ne saurais concevoir
Ce mal qui ne se nourrit que de moi.

 
 

¤¤¤

 
 
 

Publié dans : L'écrit de l'ombre |le 26 janvier, 2016 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Impétuosité et Tremblements |
TIGRESSE BLEUE |
apprendre le français |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Parcilha
| le sang coule du métier à t...
| La Tropicale.fr