Archive pour la catégorie 'Mes mots sur les photos de Silence'

La plume asséchée

 

La plume asséchée dans Mes mots sur les photos de Silence trace_11
photo de Silence ©

 
 

Elle aurait pu être ainsi
Ballerine élancée
En équilibre assuré
Sur le fil de ma vie

Elle aurait pu

Figurer son ballet
D’un pointillé délicat
Déliés et sauts de chats
Aux pages nues des secrets

Elle aurait pu

Être Belle
Être Reine
De celles que l’on aime
Pour leur soyeuse douceur

Elle aurait pu

Être sereine et joueuse
Provocante aussi
Peut-être l’aurais-tu mieux aimée
Si ma plume était un jouet

Une fleur séchée

 
 

¤¤¤

 

Mirage

 
 

 Mirage dans Mes mots sur les photos de Silence mirage10
photo de Silence ©

 

Comme toi
J’ai la mémoire cambrée
Des cœurs lourds et fatigués

J’ai froid du vent dans tes branches
Et ce miroir où tu te penches
Drape mon histoire insipide
D’ombres mouvantes et liquides

Comme toi
J’ai les pleurs desséchés
Des vertiges du passé

J’oscille aux portes du mirage
Qui te captive en ces images
À se perdre aux reflets fluides
De souvenirs flous et turpides

Je suis comme toi
À fléchir sous le poids
D’émotions étranglées en moi.

 

¤¤¤

 

Murmures d’une âme

 

Murmures d'une âme dans Mes mots sur les photos de Silence copie_28
photo de Silence ©

 

 

En cette pose immuable
À vos regards je me soumets
C’est à ce ciel implacable
Que je dédie mon cri muet.

Que savez-vous de mon silence,
Ma douleur emprisonnée ?
C’est à jamais dans la souffrance
Que mon cœur gît pétrifié.

Quelle traîtrise ce bras tendu !
Tel un élan désespéré
Vers un vivant ailleurs méconnu
Ébauche d’un espoir figé.

Austère perchoir accommodable
Je me résigne sous les serres
De ces volatiles imperturbables
Qui viennent érafler ma chair.

Sous les ravages de l’usure
Je m’estompe inexorablement
Et les insondables fêlures
De mes rides geignent leur tourment

Qui aura vu la détresse
De mon corps à vos yeux exposé
Qui saura dire la tristesse
D’une âme de pierre, et sa beauté ?

 

 

 ¤¤¤

 

 

Poème de pierre

 

Poème de pierre dans Mes mots sur les photos de Silence copie_15

Photo de Silence ©

 
 

Laissez donc que mon visage de madone
Repose à l’ombre de votre inconséquence,
Que reste à jamais sculptée la résilience
Sur mes traits éternels d’insoumise nonne.

Là, que voyez-vous sous ce linceul de pierre ?
Rien dans l’obscur ne retient votre regard,
Ni les yeux clos scellés sur mes cauchemars
Ni ce pli résigné dessous ma paupière.

Votre désir n’aperçoit que la beauté
Intemporelle de mon corps de donzelle,
Flâne sur les tendres courbes d’où ruissellent
Mes larmes, ma sueur… léchez ma vie ! Léchez !

Prenez mon sein, mon lait, ma triste impuissance !
Pétrifié par les mains d’un bourreau habile
Demeure ce voile érodé, inutile.
Tel refuge drapé sur ma déchéance.

Si vous saviez mon chagrin, mon amertume…
Que n’explose ce carcan qui m’emprisonne
Exposant à vos yeux que plus rien n’étonne
L’envie famélique de mon cœur carmin !

 
 

 ¤¤¤

 

1234

Impétuosité et Tremblements |
TIGRESSE BLEUE |
apprendre le français |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Parcilha
| le sang coule du métier à t...
| La Tropicale.fr