Archive pour la catégorie 'L’écrit de l’ombre'

Demain

 

Demain dans L'écrit de l'ombre servim10
photo de Maria-Crépuscule

 
 
Et le jour devint nuit
et la nuit ne s’éveilla plus
Dans une grisaille engourdie
je règle désormais mon pas
au rythme cassant d’un métronome fou

J’eus aimé le soleil
mais il ne parvint pas
à percer les nuages d’ennui
insultant le ciel au-dessus de moi

Et le jour devient nuit

Je reviendrai vers vous
si les vers de ma plume
retrouvent la paix anonyme
dans un éclat de lune

Il faudra forcer les yeux du souvenir
Briser la peur de l’amnésie
qui menace le destin des mots
et plombe mon horizon de solitude

Quand la nuit reverra le jour

J’apprendrai la vie telle qu’elle doit être
quand la différence écrase
la saveur de soi
du ressentir sans y penser
du vouloir sans autre projet

Sinon vivre encore demain. 
 
 

¤¤¤

 

Publié dans:L'écrit de l'ombre |on 14 décembre, 2012 |Pas de commentaires »

Calendes d’Arcoxia

 

 

Calendes d'Arcoxia dans L'écrit de l'ombre iguacu10

 

Le néant comblera l’espace vacant en moi

C’est la sorcière des limbes qui me l’a dit

Et les squelettes ricanants vomiront mon infortune

Ma place est là

C’est l’écume de la cascade bleue qui me le dit

La brume lance ses doigts griffus vers mes rêves étriqués

Et son froid humide me noie dans la terreur

Le bleu est menteur

Il mélange sa palette de couleurs et dessine dans l’onde

Ces silhouettes qui se lacent et se confondent

C’est leur danse érotique et moribonde qui me l’a dit

Et puis un pied amputé

Ma place est là

Les corps étriqués vomissant mes rêves bleus

Et l’écume qui glace dans ma mémoire

Les moignons blessés entre mes mains lasses

Et les douleurs fantômes

Le cerveau est menteur

Les moignons moribonds me le crient

Ma vie est une île aride et négligeable

Sa douleur exhale l’imposture putride

Ma place est là

C’est l’enfant au teint cireux qui me l’a dit

Ses yeux immenses et impassibles

S’attardent sur mon sourire compétent

Le sourire est menteur

Mon cœur est las

Une larme tombe sur le papier glacé de la chute

Sur l’îlot verdoyant juste au bord du tumulte grondant

Où se noient les fantômes fumeux affamés de douleur

Ma place est là

Les semaines de papier figé me le disent

Je crois que je vais m’asseoir dans la forêt verte

Ourlée du bleu capricieux des flots en colère

Me reposer un peu

Et t’attendre là

 
 

¤¤¤

Publié dans:L'écrit de l'ombre |on 14 décembre, 2012 |Pas de commentaires »

Ça fait mal de réfléchir

 

Ça fait mal de réfléchir dans L'écrit de l'ombre aa_fai10


 
Comme j’ai traîné mon pas
Dans cette auge polluée
De pensées suicides

Tandis qu’autour de moi
Les fantômes vides
Rasaient les murs hostiles
Et promenaient leur absence
Douloureusement muette

Comme la poussière de leurs murmures
Encombrait ma tête
Du sentiment inquiet
D’une reconnaissance
Clandestine

Et j’ai marché sans filet
Une folle seule dans la nuit
À bout de cœur, de lassitude
Les pavés suant la peur
Rivée à mes semelles

Je vous revois aujourd’hui
Derrière la barricade
D’une blouse blanche
Et je sais.

 
 

¤¤¤

 

Publié dans:L'écrit de l'ombre |on 14 décembre, 2012 |Pas de commentaires »

Je ne veux pas mourir

 

Je ne veux pas mourir dans L'écrit de l'ombre seahorse

 

 
Tout passe et lasse
Précipite la mort du soleil
Lisa, superbement Lisey
Et dans l’histoire moi, banale
Ironiquement blessée à l’aile

Particulièrement étrangère
Absence domptée à l’heure des robots
Et sens comptés au degré zéro
J’émule la science
Fétu de paille pathétique

Lisa sait que toujours elle perd
Toujours ou jamais
N’existent que par ses chutes

Insolemment décousue débridée
Lisa, comme Lisey
Détourne les miroirs
Camoufle le monde autour
L’intimité en désordre barricadé

Il fallait bien fuir
Les pensées vagabondes
Quand l’axe de rotation
A bouleversé la mémoire symétrique
De la Corne d’Ammon recroquevillée

Lisa sait que sa course fracture
L’aberration indéchiffrable
De son lobe temporal dupé

Lisa sait
Maria sourit.

 

¤¤¤

 

Publié dans:L'écrit de l'ombre |on 14 décembre, 2012 |Pas de commentaires »
123456...9

Impétuosité et Tremblements |
TIGRESSE BLEUE |
apprendre le français |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Parcilha
| le sang coule du métier à t...
| La Tropicale.fr